Futur papa : Le syndrome du père inutile
GROSSESSE

Futur papa : Le syndrome du père inutile

En tant que futur papa , avoir suivi de près les grossesses de certaines de mes amies ou dans ma famille m’a donné l’impression d’avoir une assez bonne idée des différents cas de figure et emmerdements liés au concept de “être enceinte”. Cependant, je ne m’attendais pas à vivre ce que j’ai baptisé le syndrome du père inutile.

futur papa : le syndrome du père inutile

Futur papa bien averti en vaut deux

Bien qu’on n’ait jamais vécu tout ça, si on s’intéresse un peu, on sait qu’une femme qui porte en elle un être qui grandit 9 mois peut subir et expérimenter :

  • Des sautes d’humeur
  • Des hormones ayant leur vie propre
  • De la déprime voire de la détresse
  • Et une petite – doux euphémisme – propension à devoir calculer chaque mouvement ou déplacement. Ceci incluant une phase nécessaire d’étirement du bassin, de recalage des ligaments etc…( Ça me fait sourire de voir ma femme faire du hula hoop chaque fois qu’elle se lève. Maintenant, je n’aimerais pas être à sa place).

De mon côté, et depuis le début de la grossesse de Firemom, je lis beaucoup d’ouvrages pour être un futur papa à la hauteur. Je vous mettrai les liens vers ces livres en fin d’article.
Tout ça pour vous dire que je me sentais préparé à toutes les situations. J’avais l’impression d’être prêt à voir venir un petit paquet de contrariétés. Qu’il ne me restait plus qu’à enfiler mon costume de “Super futur papa ” pour aider ma dulcinée à traverser les zones de turbulences classiques qui s’annonçaient. Vous voyez où je veux en venir là ?

 

Comment faire face à une douleur qui ne vous appartient pas ?

Pendant son sixième mois de grossesse, Firemom est passée par un truc pas cool : le réveil en douleur. Vous savez, ce moment où ce n’est ni le soleil ni le chant des oiseaux derrière la fenêtre qui vous sortent du lit, mais une bonne grosse crampe dans la cuisse ou une mauvaise douleur à l’estomac. Là, c’était basiquement l’idée, sauf que ça allait plus loin. Aucune position ne lui était confortable, toutes les positions possibles lui étaient même insupportables. ( Laissons votre esprit mal placé dans un coin, si vous le voulez bien).

Firemom fait partie de la catégorie de personnes qui n’ont rien contre chouiner un peu ou être un peu douillette. Donc j’ai appris avec les années à estimer la situation. Là, ses larmes, le fait qu’elle se torde de douleur et qu’elle aie si mal qu’elle n’arrive pas à respirer ou à garder assez de lucidité pour m’expliquer ce qu’elle ressentait m’ont fait prendre conscience d’un truc assez simple : je suis à des années lumière d’être prêt.

 

Action, réaction

On s’est demandé si le bébé avait un problème et on a appelé SOS Médecins.L’heure d’attente du toubib a été la plus longue de la terre (Ça ne veut rien dire mais vous m’avez compris). Il est arrivé, a ausculté Firemom et nous a expliqué qu’elle vivait un truc commun pour une grossesse : une colique néphrétique. En gros, le bébé faisait pression sur son rein depuis assez longtemps pour créer une inflammation. Une situation pouvant générer une pyélonéphrite et tout le tintouin.

Je vous passe le moment où le médecin nous a dit : “le truc bien, c’est que ces douleurs là se rapprochent de celles que vous ressentirez le jour de l’accouchement, voyez-ça comme une préparation en quelque sorte”. Dans l’instant j’ai eu une petite envie de lui faire ravaler son sourire condescendant qui se voulait sympathique.

Le docteur a quand même rappelé plusieurs fois dans la journée pour prendre de ses nouvelles. L’idée c’était de surveiller certains symptômes comme les douleurs aiguës qui ne s’arrêtent pas malgré la dose importante de spasfon et de doliprane à prendre, et surtout la fièvre. En cas de fièvre, fallait l’emmener à l’hôpital direct.

Le toubib parti, j’ai foncé acheter les médicaments nécessaires et j’ai aménagé mon planning avec pertes et fracas pour pouvoir être avec elle un maximum.

Le stress est revenu quand, six heures plus tard, les symptômes sont revenus et que les spasmes de douleurs se sont mis à déclencher des contractions : là, il n’y a pas grand chose à faire, on suit la posologie conseillée et on prend son mal en patience. En cas d’aggravation de la situation, on va à l’hôpital. De vous à moi, je suis totalement infoutu de bien définir “aggravation de la situation”. Bravo le futur papa .

 

On n’a rien d’autre à fairequ’être là, disponible pour elle, à lui tenir la main, à la soutenir, à respirer avec elle à l’unisson

J’ai revu mes priorités

Par la suite, Firemom a fait une échographie du rein, contrôlé la santé du bébé et a eu beaucoup de mal à marcher et à se déplacer.

Je vous passe le bilan médical, vous n’êtes pas là pour ça. Cette nuit, Firemom m’a demandé comment je pensais participer sur ce blog et je n’ai pas su répondre. Puis ce matin, je me suis dis que je pourrais commencer par parler de tout ça. Je suis quelqu’un d’entier et d’assez sensible. Tout ce que j’ai en tête désormais, c’est que ses douleurs cessent, la bonne santé de Firemom et du petit. Tout le reste a quitté mes priorités. Je ne sais pas si je devrais écrire ça. Je ne pense pas non plus qu’il faille s’arrêter de vivre chaque fois que ce genre de choses arrive. Ce que je sais, c’est que je suis incapable de me concentrer sur autre chose quand Firemom traverse ce genre de situation.

J’ai la chance d’être entouré de personnes bienveillantes comme mes amis jeunes papas. Ils ont su comprendre la situation et m’écouter sans m’imposer leurs conseils pratiques ou idées de génie. Ils savent déjà ce que je commence à comprendre : rien n’y fait, rien ne peut y faire, dans ces situations là, le Super futur papa est totalement impuissant.
J’ai un caractère à vouloir contrôler ma vie et les choses qui m’arrivent. Cette situation m’a bien remis à ma place.

Pendant sa grossesse, on est amené à voir la douleur et l’inconfort de sa compagne. On ne peut rien faire d’autres qu’être là, disponible pour elle, lui tenir la main, la soutenir, respirer avec elle et essayer de lui donner un maximum de conseils pour qu’elle aille mieux, tout en sachant que vous risquez de l’excéder plus qu’autre chose.

 

Mes conseils pour le Super futur papa que vous êtes

Chacun gère ça à sa manière, moi je me suis trouvé bien démuni. Je prends conscience que l’accompagner et être là pour elle est “suffisant”, voir important. J’aimerais tellement pouvoir faire plus ! J’apprends ici ma leçon :

on ne peut pas être vraiment prêt à tout, mais on peut être là et c’est déjà beaucoup.

Quelques conseils :

  • Vous tourner vers vos amis ou vos parents pour en parler quand ça vous arrive. Ce n’est pas un vrai conseil, mais moi ça m’a aidé à appréhender les choses avec plus de calme. Je peux vous dire que c’est déjà pas mal.
  • Mon conseil lecture :
    Papa débutant de Lionel Pailles et Benoit Le Goëdec
    Devenir un super papa en 365 trucs et astuces de Olivier Barbin
    Le ton est bon et je suis vraiment à l’aise avec les conseils qui sont donnés. Je déplore qu’il y ait si peu de livres pour les papas dans le rayon parentalité des magasins. Pour autant, je suis assez content que ceux là existent !
  • Mon conseil à froid pour les moments d’accalmie dans ce genre de situation :
    – Comme pour chaque situation d’ailleurs, gardez votre calme et respirez. Si j’ai été inquiet (terrifié, même), j’ai essayé de garder mon calme un maximum. Faire face en étant le plus posé et le plus calme possible.
    – Soyez le plus disponible possible. Ce n’est pas toujours simple de poser des jours ou de rompre des engagements. J’ai pris la décision de centrer mon attention sur Firemom et son état de santé tant que ça ne s’est pas stabilisé. Essayez de solliciter votre entourage – famille proche et amis – quand vous ne pouvez pas faire de même.

 

Voilà pour moi, avez-vous déjà traversé ce genre de phases pas cool ? Qu’avez-vous fait pour passer à travers ? Avez-vous envie d’en parler en commentaires ? N’hésitez pas, on est là pour ça !

Helldad attend patiemment l’arrivée de l’Héritier, l’Enfant élu qui, selon la Prophétie, ramènera l’équilibre dans la Force….euh...tout ça pour dire qu’il attend patiemment, qu’il acquiert quotidiennement des points d’expérience en Soutien Moral et se prépare à l’un des plus grands changement de sa vie d’adulte, ou de Jedi espagnol ( Obi Juan Kenobi si tu nous lis)

You Might Also Like

L’annonce et les premières questions pour un futur papa geek

ORGANISATION GROSSESSE : QUE FAUT-IL FAIRE AU 1ER TRIMESTRE ?

FATIGUE : L’ENNEMI INVISIBLE

Mal logement : Quelle place pour notre bébé ?

DÉSIR D’ENFANT : PRESSION SOCIALE ET LIBERTÉ DE CHOIX

Fatigue : quelques tips pour garder le cap

ORGANISATION GROSSESSE : QUE FAUT-IL FAIRE DURANT LE 3E MOIS ?

MAIS… TU AS SENTI QUE TU ÉTAIS ENCEINTE ? JE SAIS PAS, MAIS CHOISIS BIEN TON GYNÉCOLOGUE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :